Menu

Growth-Driven Design

4 différences entre le GDD et l’approche traditionnelle du web design

Arnaud BURDET le 04 janvier 2017
Arnaud BURDET
3min

S’il y a une méthode qui a le vent en poupe depuis quelque temps, c’est bien le Growth-Driven Design (ou GDD). Cette nouvelle façon de concevoir les sites raccourcit le délai de lancement, privilégie un développement par cycles itératifs et repose sur des améliorations continues. Quand il s’agit de créer ou de refondre un site, deux méthodes peuvent être utilisées : l’approche traditionnelle (celle que nous connaissons tous) et le GDD. Mais quelles sont les principales différences entre ces deux approches ? C’est justement le sujet de mon article aujourd'hui.

1- Le lancement du site internet

Web design traditionnel

Dans l’approche traditionnelle du web design, le site internet est lancé une fois le projet terminé. C’est en fait l’aboutissement de plusieurs mois de travail. Généralement, aucune modification majeure n’est effectuée les 2 voire 3 années suivant sa mise en ligne.

Growth-Driven Design

Dans l’approche du GDD, c’est tout le contraire. Cette méthode consiste à raccourcir le délai de lancement en se concentrant sur ce qui a vraiment un impact et sur des améliorations continues. L’idée est de lancer une première version du site très rapidement (4 et 8 semaines) avec les 20% des pages/fonctionnalités qui délivreront 80% de la valeur ajoutée aux utilisateurs. Ensuite, en fonction des données collectées sur les besoins et les attentes des visiteurs et la façon dont ils utilisent le site, vous pourrez procéder à des optimisations continues. Le site de lancement est en fait le point de départ de toutes vos futures actions.

2- Les optimisations du site internet

Web design traditionnel

Avec l’approche classique du web design, on lance un site internet complet avec les dernières innovations technologiques et les dernières tendances du moment. Le problème, c’est que la plupart du temps, ces projets prennent plusieurs mois et entre le début et la fin du projet, les tendances ont déjà changé, les attentes des internautes aussi.

De plus, dans cette approche, on lance un site web sur une base subjective (chacun y va de son opinion) et on prie pour qu'il atteigne les objectifs fixés. Bien souvent, très peu de modification/optimisation sont effectuées par la suite. Ce qui ne permet pas de faire évoluer le site en fonction des données utilisateurs et de la performance.

GDD

Avec le GDD, on lance un site très rapidement et on procède ensuite à des développements et des optimisations régulières en fonction des données collectées. Cela permet de voir comment les utilisateurs interagissent avec le site, les pages qui convertissent, celles qui ne convertissent pas, de connaître les contenus les plus efficaces, d’ajouter de nouvelles pages/fonctionnalités et donc d’optimiser le site en temps réel.

Le GDD permet donc d’avoir un site constamment à jour et toujours au plus près des besoins des internautes, des tendances web design, des innovations technologiques, des principes inbound marketing… En procédant à des améliorations continues, en validant/invalidant des hypothèses, vous augmentez clairement vos chances d’obtenir un site performant et donc un retour sur investissement optimal.

IDEA'LIRE : 5 avantages du growth driven design dans l'industrie

3- Le coût

Web design traditionnel

Avec l’approche traditionnelle, la création ou la refonte d’un site internet représente un investissement conséquent, particulièrement pour les PME. Le coût moyen d’un site est généralement compris en 10k€ et 100k€. Tout dépend de la complexité du site, des fonctionnalités désirées, des exigences graphiques, des contenus... Non seulement ce budget est difficile à évaluer précisément mais il est surtout payé la plupart du temps à l'avance, sans même savoir quel impact cela aura sur la performance de l'entreprise.

GDD

Le Growth-Driven Design permet de lancer un site moins cher plus rapidement et de répartir l’investissement dans le temps. Une fois que le site est en ligne, les paiements sont effectués sur une base mensuelle en fonction des améliorations effectuées sur le site web. L’analyse, les tests et les mises à jour sont ainsi effectuées continuellement afin de maximiser la performance du site.

4- Le temps

inbound-marketing-perte-de-temps-2.jpg

Web design traditionnel

En plus des avances budgétaires conséquentes, la création ou la refonte d’un site avec l’approche traditionnelle demande à l’entreprise beaucoup de ressources, de temps et d’implication de la part des équipes. Il y a tellement de parties prenantes (chef de projet, web designer, développeur, chargé de contenus, chargé SEO, client…) qu’il est très souvent difficile d’estimer le temps que va réellement prendre le projet. C’est pour cela qu’il est fréquent pour un projet web d’avoir du retard et d’être hors-budget.

GDD

Avec le GDD, le site est lancé beaucoup plus rapidement. La première phase consiste à définir la stratégie, la liste d’envies et le site de lancement. Plus besoin de mobiliser les équipes pendant des mois et de mettre en stand-by la stratégie marketing. Ensuite, c’est la deuxième phase du GDD qui commence, c’est-à-dire le processus d’amélioration continue. L’idée ici est de tester, de faire des hypothèses, de les implémenter, de les valider/invalider, d’analyser... Et de recommencer.

Alors, quelle approche choisir ? L’approche traditionnelle ou le Growth-Driven Design ?

Que ce soit pour une création de site ou une refonte de site, l’approche traditionnelle du web design et le Growth Driven Design peuvent être utilisées. Chaque approche a ses propres avantages et inconvénients. En fait, tout dépend de vos ressources, de vos objectifs et de votre fonctionnement.

Vous vous demandez encore quelle approche est faite pour vous ? Réservez votre consultation gratuite dès maintenant. Vous pouvez aussi télécharger gratuitement ci-dessous notre guide d'introduction au GDD pour l'industrie.

guide introduction growth driven design (gdd)

Lecture sans distraction

COMMENTAIRES

Rejoignez la communauté Ideagency

Découvrez chaque semaine de nouveaux articles sur l'industrie spécialisée (robotique, aéronautique, automobile, bâtiment)